SOS TOUT-PETITS

    DERNIER BULLETIN


" ET UN GRAND PRODIGE PARUT DANS LE CIEL :
UNE FEMME REVÊTUE DU SOLEIL,
AYANT LA LUNE SOUS LES PIEDS "
APOCALYPSE XII

 

 


Novembre 2016



EDITORIAL

● L'HOMME ET SON CODE GÉNÉTIQUE

Les êtres vivants se développent grâce à des informations écrites dans un langage bien particulier, un alphabet de seulement quatre lettres, constituant l'acide désoxyribo nucléique : l'ADN. Beaucoup de scientifiques s'attendaient à trouver dans ces informations un programme séquentiel, permettant un développement progressif de l'organisme. Il n'en n'est rien !
Ce message génétique est à la fois simple et complexe, il est divin ! L'homme possède 22000 gènes indépendants ( les « séquences d’ADN » qui sont plus ou moins longues ), qui sont comparables à des mots. Chose curieuse, le chien et la souris possèdent 20000 gènes dont la majorité identiques à ceux de l'homme. Le zébra-fish, petit poisson de quelques centimètres,a 26000 gènes, et 70% des gènes humains s'y retrouvent. La complexité du génome n'est donc pas responsable de l'intelligence raisonnable de l'homme.
De même, l'évolutionnisme darwinien n'explique pas la distance infranchissable qui sépare l'homme des autres espèces animales. Le professeur Jérôme Lejeune aimait à associer ce message génétique ( la successiondes gènes ) à la Parole Divine, et donc à la Création de l'Homme : « Puis Dieu dit : faisons l'homme à notre image » ( Gen. 1/26 )

Johan Gregor Mendel, moine catholique du XIXème siècle, a découvert le premier les lois de l'hérédité grâce à ses petits pois, et conclut que l'information se transmet à la descendance, des parents aux enfants. Cet héritage unique se trouve dans la première cellule embryonnaire, le zygote, produit de l'union d'un ovule et d'un spermatozoïde. Le message zygotique est retrouvé dans chacune des cellules de l'embryon, de l'enfant, ou de l'adulte quelques dizaines d'années plus tard. Chaque cellule puisant dans cette « information » - dans ces données - les éléments nécessaires à sa fonction.
Même si elle est contestée par certains, l'animation immédiate ( dès la fécondation ) de ce nouvel être semble évidente, le développement embryonnaire, précisément ordonné, étant un continuum. L'embryon se développe in utero, ses cellules se divisent activement, partageant constamment le même message.

Cette réalité a une application clinique : le recueil des cellules se détachant de la peau du foetus, par ponction du liquide amniotique ( amniocentèse ) va permettre un diagnostic prénatal d'une éventuelle anomalie génétique. De même, les cellules du placenta d'origine embryonnaire peuvent se détacher et circuler dans le sang de la mère : nouvelle possibilité d'analyser le patrimoine génétique du bébé, dans le sang maternel cette fois. Ce patrimoine génétique, sorte de formule magique propre à chaque homme, est un miracle permanent que l'on ne mesure pas.

Le combat de SOS Tout-Petits ne change pas. La défense de la vie, la défense de l'enfant à naître - quelle que soient sa taille ou sa santé - reste sa raison d'être. Nous sommes plus sensibles à la vue d'un foetus démembré qu'à deux ou trois cellules embryonnaires éclatées, vues au microscope. Il s'agit pourtant du même être humain à des stades différents de son développement. Son élimination ne peut se concevoir positivement : la faute n'est pas proportionnelle au nombre de cellules qui le compose. Un foeticide n'est pas plus grave que l'élimination d'un embryon microscopique jeté dans un lavabo. Ainsi la qualité d'un embryon ne peut être un critère de sélection. Depuis le péché d'Adam le message génétique s'altère, provoquant malformations et retards mentaux : l'eugénisme est alors tentant, mais nous n'avons pas, bien sûr, de droit sur la vie d'un nouvel être.
Notre société n'accepte pas le handicap, le respect de la vie n'est pas reconnu comme une valeur universelle, loin de là. En conséquence notre action ne doit pas se limiter à une opinion, mais doit s'accompagner d'actes. L'accueil du handicap doit être partagé par tous, chacun à sa manière. Nous le savons : « Ce que vous ferez au plus petit d'entre les miens, c’est à moi que vous le ferez ».

Notre recueil d'adresses Internet ou de n° de téléphone, destiné à constituer une chaîne de prières, s'enrichit doucement, quarante personnes ont répondu à notre appel. Qu'elles soient ici remerciées, nous les contacterons prochainement. Mais ne nous arrêtons pas là, ne nous contentons pas de cet effort. Nous avons besoin de tous, car l'issue du combat dépend de Dieu, et les prières pour la vie sont nécessaires.

Nous inaugurerons, au cours de l'année 2017, un nouveau site Internet qui sera enrichi de nouvelles rubriques comme une carte de France avec les lieux de prières publiques organisées par SOS Tout-Petits. Aidez-nous à maintenir, ou à créer de nouvelles équipes pour prier dans la rue, en réparation des avortements et des destructions embryonnaires que l'on ne compte plus... Ce combat est indispensable pour nos enfants et l'avenir de notre pays.

Pour la gloire de Dieu et le salut de la France.

Philippe Piloquet


Pour militer avec SOS Tout Petits, envoyer adresse Internet et n° de tel à « contact@sos-tout-petits.org».


LES ROSAIRES EN RÉGION PARISIENNE

● PARIS le samedi à 14 h 30 :

Au croisement du boulevard de Montparnasse et de l'avenue de l'Observatoire ( RER B Port Royal )

19 novembre 2016
10 décembre 2016
25 février 2017
11 mars 2017

Pas de rosaire à Paris en janvier 2017 en raison de la MARCHE POUR LA VIE le 22 Janvier

Rendez-Vous ( vers 14 h ) de tous les amis de SOS Tout Petits en fin de cortège pour prier le chapelet avec Xavier Dor et Philippe Piloquet


● BANLIEUE PARISIENNE à 10 h 30 :

17 décembre : MAISONS LAFFITTE en face de la Mairie

14 janvier 2017 : BOUGIVAL place du général De Gaulle

4 février 2017 : MAISONS LAFFITTE ( mairie )

4 mars 2017 : SAINT GERMAIN EN LAYE entrée du parc du château


ACTUALITE DU RESPECT DE LA VIE

● LA CHASTETE OU LE CHAOS

Tel est le titre - remarquable - d'un petit livre qui vient de paraître et dont l'auteur est Stéphanie Bignon « spécialiste des fonds sous-marins », c'est assez étonnant, et fondatrice de « Terre et Famille ».

Le sujet est brûlant, il est de tous les temps mais il l'est encore plus à notre époque où tout est dû. Devant les collèges, les lycées, nous distribuons nos tracts, et nous disons souvent : « rien avant le mariage », c'est concret mais il est plus élevé de parler de chasteté, et surtout dans les termes de ce petit livre.

La chasteté, comme le dit le Catéchisme de l'Eglise Catholique, est l'intégration d'une sexualité réussie. Elle est une maîtrise de soi, le respect de l'autre, une retenue, une tempérance, une vertu morale, un don de Dieu, une grâce. Elle est un état d'esprit aussi bien dans le mariage que dans le célibat. Sans elle le pire est possible : l'enseignement dévoyé dès le plus jeune âge, les tenues impudiques, la pornographie, la théorie du « genre », l'homosexualité, l'adultère, la culture de mort avec la contraception et l'avortement. Et pour finir la dictature du relativisme, ce qu'elle nomme « le système serpent » qui n'est autre que le péché originel. La chasteté est un hymne à la liberté, et la liberté est le choix de la vérité. La chasteté est inscrite dans l'ordre naturel et surnaturel, et l'ordre est l'harmonie de la vérité. La chasteté est un éclat de la Beauté et la beauté est la splendeur de la vérité. La chasteté est le plus bel acte d'amour, et l'amour est le don, l'accueil de la Vérité. La chasteté est une offrande de la Sagesse, et la sagesse est le goût de la vérité. Tout se rapporte à la vérité, la chasteté contribue au Bien Commun donc à la charité politique ( conformité des lois de la Cité avec la Loi Divine ), dont Pie XII disait qu'elle est la plus grande des charités.

Lorsque nous prions devant les centres d'avortement et sur les places publiques, c'est à cette charité-là que nous communions.

Xavier Dor


Le livre de Stéphanie Bignon ( une petite plaquette de 100 pages ) est édité par VIA ROMANA au prix de 10€. II est disponible aux éditions de Chiré : « DPF 86190 Chiré en Montreuil « contact@chire.fr » 05.49.51.83.04

à Paris à la librairie ND de France 33 rue Galande 75005

à la librairie Duquesne-Diffusion 27 avenue Duquesne; 75007


● « L’IVG POUR TOUS » PAR LE CONTRÔLE D'INTERNET.

Le dépôt d'un nouveau projet de loi, fin septembre par Laurence ROSSIGNOL, témoigne de l'obsession gouvernementale d'imposer l'avortement au plus grand nombre et par tous les moyens.

Laurence Rossignol est ministre « des Familles, de l'Enfance, et du Droit des Femmes ». Le droit des femmes, pour ces gens là, c'est l'avortement et la contraception. Mais le « droit des femmes » n'existe qu'à cause des « Droits de l'Homme ». Et les Droits de l'Homme ce sont l'avortement et la contraception... Ce sont là bien sûr les droits de l'homme sans Dieu ( DHSD ), si bien définis par Jean Madiran. L'avortement toujours plus libre, toujours plus fréquent, toujours plus facile, toujours imposé et même recommandé, gratuit et cajolé...

La trouvaille de Laurence Rossignol consiste dans la définition d'un nouveau délit pénal, celui : « d'entrave numérique à IVG ». Qu'est-ce à dire ? Le numérique c'est Internet, l'entrave - ou tentative d'entrave - à propos de l'avortement est réprimé par la loi Neiertz depuis 1993, qui a permis de faire condamner le docteur Dor et les chapelets récités par une poignée de clampins dans les couloirs des hôpitaux. Il ne faut pas prier dans les hôpitaux, ni dans « l'espace public », à cause de la laïcité. L'entrave numérique c'est donc l'extension à Internet des bénéfices de la loi Neiertz : 30000€ d'amende et 5 ans de prison.

Le pouvoir pourra ainsi faire condamner par les magistrats dociles - ils le sont tous : « la force injuste de la loi » ! - tous les sites Internet pro-vie et en particulier le site « ivg.net » , site d'écoute et d'aide pour les « femmes en difficulté » - comme on dit - pour leur éviter l'avortement. Le but à plus long terme est de museler - par voie de condamnation pénale - toute opposition publique à l'avortement, comme à la sodomie, ainsi que le démontre la condamnation récente de Christine Boutin en appel par la « 7ème Chambre » à Paris, pour un « dérapage » remontant à 2014. Lui faire cela à elle ! Elle qui a si souvent dénoncé les « dérapages » de Jean-Marie Le Pen... Les optimistes de la Commission Européenne des Droits de l'Homme voient dans ce texte de Rossignol, une menace sur « le droit des femmes à l'information et le droit des citoyens à la liberté d'expression », qui pourrait le faire rejeter, ( information rapportée par l'excellent site « le Salon Beige » le 3 novembre dernier ). Mais peut-on compter sur la Cour Européenne des Droits de l'Homme ???

En réalité nul ne sera à l'abri, et surtout pas finalement l'embryon humain, menacé et si souvent exterminé par la pilule du professeur « Beaulieu le chimique » - le RU 486 - avec laquelle sont réalisés désormais près de 60% des avortements dans les deux premiers mois de la grossesse. Ces avortements ne sont probablement pas comptabilisés dans les chiffres annuels officiels ( 200000 ), puisque le Planning et les pharmaciens peuvent la distribuer en douce.

Il n'y a plus de curette, ni d'aiguille à tricoter, plus de mare de sang ni de débris tissulaires, mais le meurtre demeure.

Luc Perrel




Retour Page d'Accueil